UTILISATION DES COOKIES : en poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer une navigation personnalisée, des publicités adaptées à vos centres d’intérêts et la réalisation de statistiques. Pour en savoir plus et paramétrer vos cookies, cliquez ici 

Renouvellement d’un bail commercial et clause d’indexation : d'où provenait la distorsion ?

Baux commerciaux
Outils
TAILLE DU TEXTE

En matière de bail commercial, la distorsion entre l’intervalle de variation indiciaire et la durée écoulée entre deux révisions peut résulter du décalage entre la date de renouvellement du bail et la date prévue pour l’indexation annuelle du loyer.

La société X. a donné à bail, à la société Y., des locaux commerciaux à compter du 1er janvier 1994. Elle a par la suite refusé de renouveler le bail puis a exercé son droit de repentir et a offert, à la société locataire, le renouvellement du bail au 1er février 2006. La société X. a ensuite assigné la société Y. en fixation du montant du loyer révisé. Cette dernière a alors demandé que la clause d’indexation prévue au bail soit réputée non écrite. Dans un arrêt du 25 avril 2017, la cour d’appel de Versailles a accueilli la demande de (...)

L'article complet est réservé aux abonnés

Vous êtes abonné(e) à LegalNews ? Identifiez-vous
Je m'identifie
Pour découvrir nos formules d'abonnement,
Je m'abonne