UTILISATION DES COOKIES : en poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer une navigation personnalisée, des publicités adaptées à vos centres d’intérêts et la réalisation de statistiques. Pour en savoir plus et paramétrer vos cookies, cliquez ici 

Crise des prisons : les avocats parisiens se mobilisent

Institutions
Outils
TAILLE DU TEXTE

Face à la crise des prisons les avocats parisiens se sont rassemblés en robes sur les marches du Palais pour « rétablir sans délai l'accès des justiciables en prison à leur avocat pénalisé par le conflit ».

Les avocats du barreau de Paris se sont éunis en robes sur les marches du Palais de justice de Paris, ce vendredi 26 janvier 2018 pour protester contre la dégradation des conditions de vies et d’accès à une défense juste et équitable des justiciables actuellement détenus dans les prisons de France.

Ils dénoncent la quasi-suppression des « parloirs avocats » comme des parloirs famille, ce qui a pour effet de « rendre impossible la préparation des défenses des justiciables ».

Par ailleurs, les avocats déplorent l'annulation ou le report de nombreuses audiences prévues de longue date, tant en matière d’aménagement de peine que de jugement « portant ainsi atteinte à l’exigence d’un délai de jugement raisonnable et au bon fonctionnement de la justice ».
Ils demandent au gouvernement « de faire respecter sans délais des conditions normales d’existence et d’accès au droit pour toutes les personnes détenues dans les prisons françaises ».

Pour Basile Ader, vice-bâtonnier de l’Ordre de Paris : « Il y a un désintérêt politique manifeste pour les prisons et ceci depuis des dizaines d’années. C’est un grand sentiment de honte qui doit tous envahir lorsque l’on songe à nos prisons ». Il estime que la prison n’est plus la solution car elle ne joue plus son rôle et aggrave encore la situation du détenu dans bien des affaires.

Le barreau de Paris appelle la Garde des Sceaux, sur le modèle des « Grenelle » à tenir un « Vendôme des Prisons » et propose que sous l’égide du ministère de la Justice, magistrats, avocats et surveillants pénitentiaires élaborent ensemble des propositions pour touver une issue à la crise.

Arnaud Dumourier (@adumourier)