UTILISATION DES COOKIES : en poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer une navigation personnalisée, des publicités adaptées à vos centres d’intérêts et la réalisation de statistiques. Pour en savoir plus et paramétrer vos cookies, cliquez ici 

Hélène Daher, Associée, Orrick

Interviews
Outils
TAILLE DU TEXTE

helene daherInterview d'Hélène Daher, récemment nommée associée d'Orrick.

Selon vous, qu’est-ce qui a présidé à votre cooptation ?

Elle est le résultat d’années de travail et s’inscrit dans la ligne de la volonté d’Orrick de développer sa pratique en droit social. Ceci dit, elle a été rendue possible grâce au soutien des avocats de la plus grande qualité qui constituent notre équipe.

Pouvez-vous nous décrire votre parcours ?

J’ai toujours voulu être avocate. Quand il s’est agi de se spécialiser, le monde des affaires me semblait familier mais je souhaitais ne pas perdre de vue la dimension humaine. Le droit social s’est naturellement imposé. J’ai choisi le M2 Droit Social de Paris II puis un LL.M à Londres.

J’ai débuté ma carrière chez Baker & McKenzie, l’ai poursuivie chez Hogan Lovells puis Freshfields, et enfin Orrick Rambaud Martel que nous avons rejoint avec une partie de mon équipe.

Qui a le plus influencé votre carrière ?

Emmanuel Bénard, aux côtés de qui je travaille depuis 8 ans. Emmanuel est un référent tant dans sa pratique de la profession qu’au regard de la bienveillance avec laquelle il dirige l’équipe.

Quel est votre meilleur souvenir dans votre carrière ?

J’ai tiré mes plus grandes satisfactions des dossiers dans lesquels, avec mes clients, nous sommes parvenus à mettre en œuvre les projets les plus exigeants tout en préservant le dialogue social et en prenant en compte les situations individuelles parfois sensibles.

Quels sont vos domaines de compétences ?

Mon activité a deux branches majeures : le conseil avec une prédominance en matière de réorganisations, d’intégration d’activités et de transition des dirigeants d’une part ; le précontentieux sensible et le contentieux social d’autre part.

Quelles sont, selon vous, les actualités marquantes de ces dernières semaines dans ces secteurs d’activité ? 

Le droit social est en constante évolution. Depuis 2013, il a encore été modifié en profondeur par 5 réformes successives dont la dernière est celle portée par les Ordonnances Macron et leurs décrets d’application publiés ces dernières semaines.

Dans cette matière, il faut régulièrement remettre en cause ce que l’on a appris, tant les sources évoluent au gré des changements politiques ou de l’évolution des mentalités.

C’est aussi ce qui en fait une matière riche et qui rend notre métier passionnant.

Qui conseillez-vous ?

Je conseille principalement des employeurs, dans les domaines des Medias, de la Construction, des Institutions Financières, de l’Industrie agro-alimentaire et de l’Industrie pharmaceutique.

Il s’agit en particulier de groupes de dimension internationale et de sociétés du CAC 40, mais également d’entreprises de taille plus réduite. Toutes ces sociétés font face à des enjeux qui leur sont propres et les problématiques sont généralement complexes quelle que soit la taille de la structure, notamment parce qu’en matière de droit social, l’humain est au cœur du débat.

Propos recueillis par Arnaud Dumourier (@adumourier)