UTILISATION DES COOKIES : en poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer une navigation personnalisée, des publicités adaptées à vos centres d’intérêts et la réalisation de statistiques. Pour en savoir plus et paramétrer vos cookies, cliquez ici 

Olivier Diaz, Associé, Gide

Interviews
Outils
TAILLE DU TEXTE

Le Monde du Droit a interrogé Olivier Diaz, spécialiste reconnu du M&A, sur son arrivée au sein du cabinet Gide, en qualité d’associé.

Pourquoi avez-vous décidé de revenir chez Gide ?

Gide est une maison où j’ai gardé beaucoup d’amis et qui offre à la fois un nom historique, une large clientèle, une équipe M&A de qualité, de nombreuses pratiques leaders dans des domaines complémentaires du mien et une reconnaissance internationale tant par son réseau de cabinets amis que par ses propres implantations.

Pouvez-vous revenir sur votre parcours ?

J’ai fait la première partie de ma carrière pour l’essentiel chez Gide, d’abord comme fiscaliste puis en M&A avec une dominante en droit boursier. J’y ai été associé en 1997. Après un bref passage chez Linklaters pour suivre Thierry Vassogne avec qui je travaillais, j’ai été associé au cabinet Darrois de 2000 à 2015, avant de rejoindre Skadden Arps.

Qui a le plus influencé votre carrière ?

Dans l’ordre des années, Philippe Derouin pour la capacité d’innovation, Thierry Vassogne pour la concision et la vertu du silence, et Jean-Michel Darrois pour l’intuition juridique, le sens du risque contentieux et la capacité à inscrire le dossier dans son environnement global.

Quel est votre meilleur souvenir dans votre carrière ?

Le dossier Hermès car rien n’était plus motivant que d’aider une famille d’une grande élégance même dans les moments de tension à préserver son indépendance.

Quels sont vos domaines de compétences ?

Je cherche à garder une pratique assez généraliste de conseil à des moments stratégiques, notamment dans les projets de développement ou de réorganisation. Techniquement, j’ai développé une compétence particulière dans les différents domaines du droit des sociétés cotées et notamment en matière d’offre publique, de communication financière et de gouvernance.

Quelles sont, selon vous, les actualités marquantes de ces dernières semaines dans ces secteurs d'activité ?

Les réflexions du Haut Comité Juridique de Place sur les évolutions souhaitables du droit pour améliorer l’attractivité de la France.

Qui conseillez-vous ?

Je conseille une clientèle diversifiée qui est attachée à la discrétion.

Quels sont vos projets de développement pour le cabinet Gide ?

Contribuer aux synergies entre pratiques et aux relations avec les grands cabinets amis.

Propos recueillis par Arnaud Dumourier (@adumourier)