UTILISATION DES COOKIES : en poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer une navigation personnalisée, des publicités adaptées à vos centres d’intérêts et la réalisation de statistiques. Pour en savoir plus et paramétrer vos cookies, cliquez ici 

Virgile Puyau, Associé, Winston & Strawn

Interviews
Outils
TAILLE DU TEXTE

Interview de Virgile Puyau, récemment nommé associé en Droit social chez Winston & Strawn.

Pourquoi avez-vous décidé de rejoindre Winston & Strawn ?

Rejoindre Winston & Strawn a été un choix naturel après avoir rencontré Gilles Bigot et Jérôme Herbet. J’ai été séduit tant par leurs personnalités que par leur volonté d’apporter au cabinet une compétence forte en droit social, en synergie avec les pratiques corporate et contentieuse.

Pouvez-vous nous décrire votre parcours ?

J’ai suivi un parcours classique à l’Université Paris II-Assas jusqu’au master 2 DPRT. L’année d’études que j’ai passée au Vietnam, dans le cadre d’un échange avec Assas, m’a permis de découvrir une véritable diversité et m’a donné envie de débuter mon métier dans une structure internationale.

Après avoir exercé quelques années dans une firme anglo-saxonne, j’ai décidé de rejoindre un cabinet français, assistant des industriels dans des bassins d’emploi complexes. J’ai ainsi connu des pratiques distinctes mais parfaitement complémentaires, ce qui constitue une des singularités de mon profil.

Qui a le plus influencé votre carrière ?

Le Professeur Teyssié et le Professeur Cesaro ont assurément marqué ma formation universitaire. Il m’est impossible de ne pas évoquer Stéphanie Stein ou encore Bruno Courtine et Alexis Moisand dont les approches ont fortement influencé ma perception du métier et ma façon de l’exercer.

Quel est votre meilleur souvenir dans votre carrière ?

Difficile de n’en citer qu’un mais je garde en mémoire la réorganisation Molex à laquelle j’ai pleinement participé.

Ce sous-traitant automobile américain avait décidé de procéder à la fermeture de sa filiale française située dans un bassin d’emploi très sinistré. Ce dossier était très médiatisé car aussi politique. Notre équipe était en charge des aspects juridiques mais également de la gestion de crise. Ce fut une expérience aussi éreintante que passionnante.

Quels sont vos domaines de compétences ?

Je me définis comme un généraliste du droit social pratiquant une activité majoritairement axée sur le conseil et le pré-contentieux tant en matière de relations individuelles que collectives. Je plaide aussi régulièrement et prends beaucoup de plaisir à le faire.

Je crois me distinguer par mon approche des difficultés rencontrées par mes clients dans des situations complexes, en étant capable de leur proposer des solutions avec une dimension pluridisciplinaire afin de répondre au mieux à leurs préoccupations.

Quelles sont, selon vous, les actualités marquantes de ces dernières semaines dans ces secteurs d’activité ?

Les ordonnances Macron viennent incontestablement parachever une évolution du droit du travail initiée depuis près de 10 ans. Il est encore un peu tôt pour juger mais cela suscite indéniablement la curiosité si ce n’est l’intérêt des investisseurs. 

Je serai attentif à l’évolution du dialogue social car les possibilités offertes aux entreprises sont désormais multiples et pourraient entrainer un véritable bouleversement du paysage syndical dans les années à venir.

Qui conseillez-vous ?

Je conseille des groupes français et internationaux et leurs filiales ainsi que des petites et moyennes entreprises de tous secteurs d’activité et plus particulièrement celles relevant du secteur tertiaire.

Quels sont vos objectifs pour ce cabinet ?

Contribuer à son rayonnement.

Propos recueillis par Arnaud Dumourier (@adumourier)