UTILISATION DES COOKIES : en poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer une navigation personnalisée, des publicités adaptées à vos centres d’intérêts et la réalisation de statistiques. Pour en savoir plus et paramétrer vos cookies, cliquez ici 

Prolongation de la détention provisoire et droit de garder le silence

Droit pénal
Outils
TAILLE DU TEXTE

La prolongation de la détention provisoire d’une personne ne méconnaît pas son droit de garder le silence et les exigences des articles 137-3, 143-1 et suivants du code de procédure pénale si cette mesure est la seule qui permet de protéger les divers intérêts en présence. 

M. X. a été arrêté et mis en examen notamment pour importation de stupéfiants en bande organisée, association de malfaiteurs et infraction à la législation sur les armes. Il a alors été placé en détention provisoire. Par une ordonnance du 8 février 2018, le juge des libertés et de la détention (JLD) du tribunal de grande instance de Marseille a prolongé la détention provisoire. Dans un arrêt du 8 mars 2018, la chambre d’instruction de la cour d’appel d’Aix-en-Provence a confirmé cette décision. Elle a notamment (...)

L'article complet est réservé aux abonnés

Vous êtes abonné(e) à LegalNews ? Identifiez-vous
Je m'identifie
Pour découvrir nos formules d'abonnement,
Je m'abonne