UTILISATION DES COOKIES : en poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer une navigation personnalisée, des publicités adaptées à vos centres d’intérêts et la réalisation de statistiques. Pour en savoir plus et paramétrer vos cookies, cliquez ici 

Relance économique et cohésion sociale : augmentation des revenus qui peuvent être gagnés par le travail associatif

Actualités
Outils
TAILLE DU TEXTE

Le Conseil des ministres belge a approuvé un projet d’arrêté royal visant à augmenter les revenus qui peuvent être gagnés par le travail associatif.

Le 14 septembre 2018, le Conseil des ministres belge a approuvé le “Projet d’arrêté royal pris en exécution de l’article 12, § 3, alinéa 2, de la loi du 18 juillet 2018 relative à la relance économique et au renforcement de la cohésion sociale”.

Conformément à la loi du 18 juillet 2018 relative à la relance économique et au renforcement de la cohésion sociale, toute personne possédant déjà un statut principal (salarié, indépendant ou pensionné) peut percevoir 6.000 € de revenus complémentaires par an, exonérés d’impôt.

Cet objectif peut être réalisé via l’un des trois piliers suivants :
- le travail associatif ;
- les services occasionnels entre citoyens ;
- l’économie collaborative organisée par l’intermédiaire d’une plate-forme agréée.

Le projet d’arrêté royal vise à augmenter les revenus mensuels qui peuvent être gagnés par le travail associatif pour des catégories spécifiques d’activités de 500 € à 1.000 € à partir du 1er janvier 2019.

Le maximum de l’indemnité mensuelle pourrait donc excéder les 1/12 de l’indemnité annuelle de 6.000 €, étant entendu que ce montant annuel maximal reste d’application.

Le montant mensuel est augmenté pour les catégories suivantes :
- animateur, chef, moniteur ou coordinateur qui dispense une initiation sportive et/ des activités sportives ;
- entraîneur sportif, professeur de sport, coach sportif, coordinateur des sports pour les jeunes, arbitre sportif, membre du jury, steward, responsable du terrain ou du matériel, signaleur aux compétitions sportives.

Le projet est transmis pour avis au Conseil d’Etat.