UTILISATION DES COOKIES : en poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer une navigation personnalisée, des publicités adaptées à vos centres d’intérêts et la réalisation de statistiques. Pour en savoir plus et paramétrer vos cookies, cliquez ici 

Concours de l'Hymne du notariat

Notaire
Outils
TAILLE DU TEXTE

L’Association de Rencontres notariales Culturelles et Orchestrales (ARCO) a récemment lancé, aux côtés du Conseil supérieur du notariat (CSN), un concours de création de l’Hymne du Notariat. La fin du concours est prévue le 22 novembre prochain.

Pour aider les candidats qui hésiteraient à se lancer, Alexia Arno, présidente de l’ARCO livre certains conseils.

Qu’attend-t-on d’un hymne du notariat ?

Alexia Arno - Un hymne consacre une identité forte et permet de fédérer les membres d’une profession autour d’un élément dont l’essence même est le partage : la Musique.

L’ensemble des membres de la profession devront se reconnaître dans cet hymne, ce qui peut s’avérer complexe car nous avons tous des visions très différentes de notre profession. La musique peut-être le vecteur commun.

Un membre de la profession amateur de musique peut-il prétendre à gagner le prix ?

Un refrain et deux couplets, une mélodie entrainante enregistrée chez soi, des phrases courtes, des phrases simples qui marqueront les esprits, voilà ce qui est attendu !

L’enregistrement transmis doit être, bien évidemment, audible mais la qualité du son n’est pas déterminante. L’intérêt sera porté sur la composition elle-même.

L’Hymne proposé ne sera probablement pas entièrement abouti et fera l’objet d’un perfectionnement. Des musiciens professionnels composeront des arrangements pour mettre en valeur le travail réalisé et pour créer une dimension orchestrale. Un enregistrement sera réalisé en studio en début d’année 2020.

Depuis le lancement du concours, avez-vous eu de nombreuses candidatures?

Nous avons eu des candidatures mais nous notons beaucoup de pudeur et de perfectionnisme de la part des membres de la profession. Lorsque que l’on soumet un travail, aussi personnel que la composition d’une œuvre, on s’expose à un risque, celui d’être jugé.

Il existe une frontière que l’ARCO tente d’abaisser en initiant ce concours : celle de l’appréhension d’être soi au sein d’une profession qui s’est voulu historiquement très encadrée.

Portez ce message auprès des membres de l’ARCO qui sont là pour vous accompagner et vous aider à franchir ce pas !

La création de l’Hymne est une expérience formidable, il ne faut pas avoir peur de se lancer (candidature à l’adresse email suivante : [email protected]).

Comment peut-on participer au concours si nous ne jouons pas d’un instrument de musique ?

Nous avons choisi de laisser la possibilité de concourir à ceux qui n’ont pas l’âme de compositeur mais qui ont une appétence particulière pour l’écriture. N’oublions pas que le notaire est un homme de lettre. Il est donc possible de concourir en écrivant seulement les paroles de l’hymne.

Pour ceux qui le souhaitent, nous avons également créé un groupe Facebook proposant de mettre en relation les auteurs et musiciens de la profession en vue de composer ensemble.

Quand pourrons-nous entendre l’hymne gagnant ?

La fin des inscriptions au concours est prévue le 22 novembre prochain, jour de la Sainte Cécile, patronne de la musique. Nous espérons une diffusion de l’hymne pour mars 2020.

Présentation générale du concours de l’Hymne du notariat : http://www.arco-notaires.fr/hymne-du-notariat/