UTILISATION DES COOKIES : en poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer une navigation personnalisée, des publicités adaptées à vos centres d’intérêts et la réalisation de statistiques. Pour en savoir plus et paramétrer vos cookies, cliquez ici 

"Forcer le destin, j’ai choisi le succès, l’échec m’a rattrapée", de Aude de Thuin et Jeanne Siaud Facchin

En librairie
Outils
TAILLE DU TEXTE

Le Comité de lecture de la commission "DJ au féminin" vous propose de découvrir l'ouvrage "Forcer le destin, j’ai choisi le succès, l’échec m’a rattrapée" de Aude de Thuin et Jeanne Siaud Facchin, paru aux éditions Robert Laffont en juin 2016. 

 cercle-montesquieu

forcer le destin

Les auteurs :

Aude de Thuin est entrepreneuse. Créatrice de concepts depuis 35 ans, elle a monté de nombreuses sociétés et forums de renommée internationale dont le Women’s Forum for the Economy and Society, l’Art du Jardin, Osons la France, Osons la banlieue. Elle est l’auteure de Femmes, si vous osiez.

Jeanne Siaud-Facchin est psychologue clinicienne, psychothérapeute, fondatrice et directrice des centres Cogito’Z, centres européens de psychologie intégrative. Spécialiste reconnue des surdoués, on lui doit notamment les livres : l’Enfant surdoué ; Trop intelligent pour être heureux ; Tout est là, juste là ; Mais qu’est-ce qui l’empêche de réussir ?

Résumé :

Ce livre s’ouvre sur l’analyse par Jeanne Siaud-Facchin des notions de réussite et d’échec, et des différents ressorts ou freins que constituent le bonheur, le courage, l’anxiété de performance, le sentiment d’imposture, la peur d’échouer ou de réussir, l’envie de réussir, l’amour ou le désamour de soi.
Il se prolonge par le témoignage d’Aude de Thuin qui a "voulu écrire ce livre, pour  raconter l’échec d’une femme entrepreneuse française (nous ne sommes pas si nombreuses) et que beaucoup ont  toujours vue comme l’incarnation de la réussite".

Elle raconte comment elle a construit son personnage : ainsi, née Odette Leroux elle est devenue Aude de Thuin (changement de prénom et nom de son premier mari qu’elle a conservé : elle a acheté une particule (sic)).

Elle a également "fabriqué et projeté l’image de quelqu’un qui réussit tout ce qu’il entreprend".

Or ce personnage qu’elle a construit ne devait pas montrer ses faiblesses, d’où son sentiment d’imposture, sa peur même d’accepter la demande en mariage de celui qui allait devenir son deuxième mari ! "peur d’avoir à dévoiler ce que je cachais depuis si longtemps. Une famille dont j’étais peu fière, aucunes études, pas même le bac, très peu d’amis et une personnalité que je n’aimais pas. Je ne m’aimais pas tout simplement".

Ce qu’il faut retenir :

Pourquoi a-t-elle écrit ce livre ? Est-ce une thérapie ? Souhaite-t-elle rappeler au monde professionnel qu’elle existe toujours, redémarrer de nouvelles entreprises ? Car elle ne peut et ne veut pas s’arrêter : le mot retraite n’a pas de sens pour elle ; elle sait qu’elle va "repartir".

En tout cas c’est un témoignage sincère et courageux de femme sur sa vie, sa réussite et surtout son échec, ce qui est plutôt rare et mérite d’être relevé.

Elle peut servir de rôle model : elle prouve par son exemple qu’il faut oser ; elle ne semble pas avoir été gênée dans sa vie professionnelle parce que femme ; du moins, si elle a rencontré des difficultés pour cette raison, elle n’en fait pas état. Elle indique seulement avoir souvent entendu à son propos  "elle se prend pour un mec, cette femme" et avoir mis longtemps à se débarrasser d’une attitude machiste dont elle n’avait pas conscience.
Elle est en fait sans complexe, toujours dans l’action, toujours pleine d’idées. Malgré les échecs, elle a recommencé plusieurs fois avant de sombrer dans l’échec final (la liquidation de son groupe) et le burn-out. Atteinte au plus profond d'elle-même, entrainant dans sa chute les gens qu'elle aime, elle entreprend cependant toujours : aujourd'hui un livre, demain... la porte est grande ouverte et c'est elle qui l'ouvre de peur qu'on ne l'oublie ?

J'ai lu pour vous, par Corinne Cabistany et Elodie Cressol