UTILISATION DES COOKIES : en poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer une navigation personnalisée, des publicités adaptées à vos centres d’intérêts et la réalisation de statistiques. Pour en savoir plus et paramétrer vos cookies, cliquez ici 

Réforme du droit des sociétés - Deuxième lecture

Actualités
Outils
TAILLE DU TEXTE

Le Conseil des ministres belge a approuvé en deuxième lecture un avant-projet de loi introduisant le code des sociétés et associations, et portant des dispositions diverses.

Le 25 mai 2018, le Conseil des ministres belge a approuvé en deuxième lecture un avant-projet de loi introduisant le code des sociétés et associations, et portant des dispositions diverses.

L’avant-projet, adapté à l’avis du Conseil d’Etat, vise à réformer en profondeur le droit des sociétés belge.

L’avant-projet vise à moderniser le droit des sociétés en suivant trois lignes directrices :
- une simplification de grande envergure ;
- une flexibilisation poussée, en étant toutefois attentif aux intérêts des tiers, parmi lesquels les créanciers ;
- de nouvelles règles qui doivent permettre de faire face aux évolutions et aux nouvelles tendances européennes, telles les sociétés plus “mobiles”.

En terme de simplification, ce texte prévoit :
- la suppression de la distinction entre les actes civils et les actes commerciaux et entres sociétés civiles et les sociétés commerciales ;
- une nouvelle dichotomie entre le droit de société et le droit des associations qui sont intégrés dans un seul code ;
- une suppression des sociétés publiques et la limitation des règles réservées aux sociétés cotées ;
- une limitation des formes de société ;
- une limitation du nombre de dispositions pénales.

Le projet peut être déposé à la Chambre des représentants.

Le Conseil des ministres a en outre approuvé un avant-projet de loi adaptant certaines dispositions fiscales fédérales au nouveau code des sociétés et des associations afin de garantir la neutralté sur le plan fiscal. 
L’avant-projet est transmis pour avis au Conseil d’Etat.