UTILISATION DES COOKIES : en poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer une navigation personnalisée, des publicités adaptées à vos centres d’intérêts et la réalisation de statistiques. Pour en savoir plus et paramétrer vos cookies, cliquez ici 

Un juge ne peut révoquer un sursis simple antérieurement prononcé

Droit pénal
Outils
TAILLE DU TEXTE

Une juridiction ne peut révoquer totalement ou partiellement le sursis antérieurement accordé qui accompagne une peine d'emprisonnement lorsqu'elle prononce une nouvelle condamnation à une peine autre que la réclusion ou l'emprisonnement sans sursis.

Un individu est condamné à 100 jours-amende de 500 € avec un sursis assortissant deux peines d'emprisonnement pour travail dissimulé. Le 14 septembre 2017, la cour d'appel de Saint-Denis-De-La-Réunion a confirmé cette condamnation tout en révoquant le sursis précité. Le 4 septembre 2018, la Cour de cassation casse et annule l'arrêt rendu par les juges du fond mais en ses seules dispositions relatives aux peines.Elle rappelle qu'au visa de l'article 132-36 du code pénal, le sursis antérieurement accordé n'était pas susceptible d'être révoqué, fût-ce par (...)

L'article complet est réservé aux abonnés

Vous êtes abonné(e) à LegalNews ? Identifiez-vous
Je m'identifie
Pour découvrir nos formules d'abonnement,
Je m'abonne