UTILISATION DES COOKIES : en poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer une navigation personnalisée, des publicités adaptées à vos centres d’intérêts et la réalisation de statistiques. Pour en savoir plus et paramétrer vos cookies, cliquez ici 

Ashurst : arrivée de deux associés

Nominations
Outils
TAILLE DU TEXTE

Le cabinet d’avocats international Ashurst renforce de nouveau son bureau parisien avec la nomination de Noam Ankri et de Vincent Trevisani en qualité d’associés en corporate.

Ashurst a annoncé l'arrivée de deux nouveaux associés : Noam Ankri et de Vincent Trevisani

Noam Ankri exerçait depuis 2015 chez DLA Piper à Londres, après avoir rejoint leur bureau de Paris en 2013. Il a démarré sa carrière chez Willkie Farr & Gallagher à Paris en 2001, avant de partir travailler à leur bureau de New York, se spécialisant en Private Equity dans un premier temps puis en droit des entreprises en difficultés. Il avait ensuite rejoint Fried Frank à Paris en 2006.

Sa pratique actuelle se concentre sur tous types d'opérations complexes et situations spéciales, avec une composante internationale, son domaine de compétence se divisant entre corporate (notamment les opérations de M&A et LBOs transfrontaliers) et restructuring (en particulier les opérations de restructuration de dette et d'acquisition de sociétés en difficultés). Ses clients comprennent à la fois des grands groupes, des fonds de private equity et de nombreux fonds de dette (hedge funds notamment).

Vincent Trevisani a précédemment exercé au sein du cabinet Watson Farley & Williams, où il était associé depuis 2012. Sa pratique transactionnelle se concentre sur les acquisitions et cessions nationales et transfrontalières, les joint ventures, les réorganisations et le développement de projets, en particulier dans les secteurs de l'énergie et des infrastructures. Il représente des sociétés cotées et non cotées ainsi que des fonds d'investissement et leurs prêteurs. Vincent dispose d'une expérience importante en Europe et aux États-Unis ainsi que dans un grand nombre de marchés émergents, avec une connaissance particulière de l'Amérique latine, ayant exercé à Bogota et à New York. Avant de rejoindre Watson Farley & Williams, Vincent Trevisiani était associé de Winston & Strawn depuis 2003.

Philippe None, managing partner du bureau de Paris, commente : "Les pratiques de Noam et de Vincent sont d'excellents compléments à notre équipe et ils apportent énormément de compétences et de connaissances dans leurs domaines respectifs. Ayant travaillé à New York, Londres et Paris, et apprécié pour sa double compétence, Noam apporte une expérience large et approfondie et une expertise dans les domaines du corporate/private equity ainsi que des restructurations et des situations spéciales. Vincent est un avocat excellent et très respecté qui renforce considérablement notre offre auprès des grands fonds d'infrastructures, des investisseurs institutionnels, des groupes industriels et des développeurs."

Noam Ankri ajoute : "Les solides références mondiales du cabinet dans les domaines des restructurations et de M&A, ses plateformes européenne et Asie-Pacifique ainsi que ses clients de premier plan constituent une formidable opportunité, idéale pour développer une pratique pleinement intégrée, en particulier dans le domaine des acquisitions et des restructurations transfrontalières."

Vincent Trevisani déclare : "Ashurst dispose de références mondiales exceptionnelles dans les secteurs des infrastructures et de l'énergie ainsi que d'une offre en Corporate et Financement de projets de premier plan. Ashurst offre la plate-forme idéale pour poursuivre la croissance de cette pratique en synergie avec les autres équipes à Paris et dans le monde."

Au cours des douze derniers mois, Ashurst a annoncé à Paris la nomination de huit nouveaux associés, dont Noam Ankri et Vincent Trevisani, ainsi que Hortense de Roux (contentieux), Anne Reffay (corporate), Emmanuelle Cabrol (arbitrage international), Emmanuelle Pontnau-Faure (droit fiscal), Pierre Roux (finance), et la cooptation de Nataline Fleury (droit social).